18 juillet 2006

Ben Harper @ Apollo Hammersmith

>> Ben Harper @ Apollo Hammersmith, London, 11/07/2006
>> Support from ?


Il y a des concerts qu'il ne faut pas laisser passer et celui-là en faisait partie. Tout simplement parce qu'avec 15 ans de carrière, Ben Harper fait déjà partie de la légende de la musique. Le concert se déroulait à l'Apollo Hammersmith et il semblait bien que les anglais n'étaient pas majoritaires dans la salle.
En Angleterre, Ben Harper n'a en effet pas la côte de popularité qu'il a en France. Ce qui s'explique notamment par le fait que ce type de musique n'est pas ce qui marche le mieux ici. A en croire le petit sondage fait par Ben Harper lui-même en plein milieu du concert, on était beaucoup de français et d'australiens (soit deux des plus grosses populations étrangères de Londres. Pour info, il parait qu'on est 300 000 français et qu'il y a 500 000 australiens ! J'ai entendu que 10% de la population jeune australienne vivait à Londres !) mais très peu de péruviens.
Le concert commence tranquillement, Ben Harper et sa bande des Innocent Criminals enchaînant les balades folk-reggea-rock avec quelques perles comme Jah Work. On se dit alors que c'est même trop tranquille au bout de trois quarts d'heure. Mais on ne savait alors pas ce qui nous attendait. Le show pouvait réellement commencer : plusieurs titres joués en acoustique, d'autres en jouant avec sa guitare sur ses genoux et même un titre chanté sans micro, juste avec la force de sa voix après avoir demandé le silence au public, ce qui restera certainement l'un des meilleurs moment du concert. Sans oublier non plus la reprise de Neil Young avec Heart Of Gold.

Au final, Ben Harper sera resté sur scène 2h30 et aura fait deux rappels d'au moins 30min chacun. A la fin, on le sentait même ému de nous quitter, comme s'il aurait voulu rester encore plus longtemps. Pour finir, tous les musiciens se sont rassemblés comme au théatre pour recevoir les applaudissements du public. Ben Harper, dédidemment un grand artiste.

2 commentaires:

Le Mariachi Texan a dit…

JM, rien de special, mais je sens que tu postes un peu dans le vide. Ceci est donc un petit mot d'encouragement pour te dire que tu as des fans. Keep up with everything !

Jehan a dit…

Les Français installés en Grande-Bretagne sont peu nombreux (95 000). Les personnes qui entrent en Grande-Bretagne le font davantage pour leurs études que pour le travail. Celles qui quittent la Grande-Bretagne sont d'âge actif et très peu sont des retraités.

Une désinformation insidieuse veut nous faire croire que les jeunes Français quittent la France pour trouver ailleurs un emploi qu'ils ne trouvent pas chez eux, en particulier pour aller en Angleterre. Dans l'autre sens, seuls les retraités viendraient s'établir en France. Ce discours est bien différent de la réalité.

Comme le montrent les statistiques britanniques, lors du recensement de 2001, les Français ne sont pas très nombreux en Grande-Bretagne : 95 100 (38 100 à Londres). En proportion de la population française pour 2001, seulement 0,16 pour cent des Gaulois se trouvent chez les Grands-Bretons, à comparer avec 0,32 % pour les Goths. Les pays présentés comme des modèles de réussite ont une proportion plus importantes de leurs nationaux en Grande-Bretagne : Danemark (0,35 %), Pays-Bas (0,25 %), Suède (0,25 %), de même que l'Allemagne (0,35 %) qui a longtemps été présentée comme un modèle.
L'Irlande est un cas particulier (14,11 %) et les mérites tant vantés, mais artificiels, de l'économie irlandaise n'incitent guère les Irlandais à retourner dans leur pays.
...
Le principal motif est les études (26,4 %) pour ceux qui vont en Grande-Bretagne et pas le travail (22,3 %), alors que le principal motif est le travail (25,2 %) pour ceux qui quittent la Grande-Bretagne, les études comptant très peu (3,0 %).
...
Si l'on examine l'âge des migrants, ce ne sont pas des cohortes de retraités qui quittent la Grande-Bretagne mais pour l'essentiel des personnes d'âge actif. Les retraités ne sont que 2,6 % parmi ceux qui quittent la Grande-Bretagne (retraite à 60 ans pour les femmes et 65 ans pour les hommes). La plus grande proportion d'entrées entre 15 et 24 ans provient d'une beaucoup plus grande proportion d'entrées pour les études.

Lire http://travail-chomage.site.voila.fr/britan/gaulois.htm
pour plus d'informations, avec tableaux statistiques des migrations.