10 juillet 2007

Glastonbury 2007 - Friday

Glastonbury : voir tous les articles.



Plic, ploc, plic, ploc... Le bruit des gouttes de pluie nous réveille en ce vendredi, serrés comme des sardines dans notre tente au beau milieu de milliers d'autres à Glastonbury, non loin du John Peel Stage où les premières notes de musique sonnent pour un festival qui commence pour de bon. Les espérances de la veille n'auront donc pas tenu bien longtemps : la pluie avait finalement elle aussi trouvé un ticket pour Glastonbury et comptait bien rester là tout le weekend. Dur de se motiver pour sortir de notre habitation temporaire et se confronter à elle... Cependant, la journée s'annoncait exceptionnelle niveau concerts.

Entre deux averses, équipés de poches plastiques (traduction pour les nordistes : sacs plastiques) autour de nos chaussures (non, nous n'avions pas de bottes...), nous trouvions le courage de sortir pour aller jeter un coup d'oeil aux premiers concerts. De passage sur le Pyramid Stage, nous assistions au concerts des petits jeunes Ecossais de The View qu'on sentait un peu perdu sur cette scène immense. Leur premier album, sorti au début de l´année ne possédait absolument rien d´extraordinaire mais s´écoutait cependant avec un certain plaisir, possédant quelques bonnes chansons comme Same Jean. En concert c´est autre chose et les quatre gamins ont encore des progrès à faire. Cependant, comme je vais le répéter souvent, un concert en fin de matinée ou en milieu d´aprem ne s´apprécie pas comme un concert nocturne le soir.

Nous nous déplacions ensuite vers l´Other Stage (la 2e plus grande scène après la Pyramid Stage) en attendant l´arrivée de Modest Mouse. On en profitait pour voir The Cribs qui ont été plutôt bons. J´aime beaucoup leur dernier single notamment, Men´s Needs (et allez voir le clip de cette chanson aussi...).

Alors que la pluie redoublait d´intensité et que nos pauvres sacs plastiques commencaient à rendre l´âme, Modest Mouse faisait ensuite son entrée sur scène. J´ai adoré leur dernier album, "We Were Dead Before The Ship Even Sank" alors autant dire que je les attendais avec impatience. Avec un Johnny Marr (ancien guitariste des Smiths) acclamé par le public, Modest Mouse a réussi à nous faire passer un bon moment alors qu´on était trempé jusqu´à la moelle en nous réchauffant avec des titres qui font sautiller comme Float On ou Dashboard. Un bon concert mais j´aurais tout de même préféré les voir un peu plus tard dans la soirée, dans une autre ambiance...

Juste le temps de s´équiper de bottes toutes neuves qui commencaient à devenir vraiment indispensables et on arrivait pour Bright Eyes que j´étais aussi impatient de voir pour la première fois, étant un bon amateur du folk-rock de l´ami Conor Oberst. Pourtant, comme il l´a dit lui-même ("It is nice to be here again. I thought we'd never come back"), on ne pensais pas le revoir un jour à Glasto après les commentaires dérangeant qu´il avait fait il y a deux ans à propos de John Peel. Tout de blanc vêtu et accompagné d´un orchestre, Conor Oberst a puisé dans ses meilleures chansons. Encore une fois, j´ai bien aimé la prestation mais dur de s´enflammer alors qu´on est en plein milieu de l´aprem et qu´il n´y a aucune ambiance dans le public.

L´ambiance, elle allait justement monter avec Rufus Wainwright, toujours sur l´Other Stage (que l´on n´aura finalement pas quitté depuis The Cribs). Lui aussi accompagné de nombreux musiciens habillés comme lui dans un style loufoque, il nous a livré une performance énergique agrémentée de quelques surprises et avec un final grandiose. Après la superbe chanson 14th St, Rufus est revenu sur scène en peignoir et accompagné de sa soeur Martha pour nous jouer la magnifique chanson Hallelujah en duo. Ensuite il a quitté son peignoir pour dévoiler une mini-jupe et des collants, puis s´est mis du rouge à lèvres pour reprendre la chanson Get Happy de Judy Garland tel une vraie chanteuse de cabaret avec ses musiciens jouant également le jeu en faisant les danseurs. Vraiment un très bon moment ! Rufus Wainwright aura donné à sa performance un petit plus spécial festival comme on les aime !

Après Rufus, c´était le moment le plus attendu de la jounée : Arcade Fire ! Alors que la pluie avait cessé et que l´on assistait à un très beau couché de soleil, la foule arrivait en grand nombre pour acclamer les Canadiens qui avaient installé 5 ou 6 écrans sur scène pour passer des vidéos étranges. Pas de surprises : pour leur premier Glastonbury, Arcade Fire a mis tout le monde d´accord avec une set-list parfaite, une énergie débordante et tout ce qu´il faut pour faire un concert proche de la perfection. Enchaînement de Neighborhood # 3 (Power Out) et Rebellion (Lies) avant de finir sur Wake Up qui est aujourd´hui devenu un véritable hymne, tout le public reprenant la chanson en coeur. Que dire de plus à part que je crois bien qu´Arcade Fire est actuellement le meilleur groupe du monde...


Voici la set-list :
'Black Mirror'
'No Cars Go'
'Haiti'
'Neighborhood #2 (Laika)'
'Intervention'
'(Antichrist Television Blues)'
'My Body Is A Cage'
'Ocean Of Noise'
'Neighborhood # 1 (Tunnels)'
'The Well & The Lighthouse'
'Neighborhood # 3 (Power Out)'
'Rebellion (Lies)'
'Wake Up'

Après ca, on était tous assomés et pourtant les concerts n´étaient pas terminés. En ce vendredi soir, le choix était même très difficile sachant que les têtes d´affiche des différentes scène comprenaient Arctic Monkeys, Bjork, Hot Chip, Damien Rice, Damian Marley et Fatboy Slim. C´est finalement sur Bjork que notre choix s´est porté et bien que je suis loin d´être un fan de la petite Finlandaise, je dois avouer qu´avec du recul, j´ai beaucoup apprécié sa performance. Changeant plusieurs fois de costumes pendant le concert, Bjork a navigué entre son dernier album, "Volta", et les meilleures chansons de son répertoire. Mais ce que j´ai retenu, c´est la forme incroyable qu´elle possède. A plus de 40 ans, elle ne cesse de sauter et danser sur scène (d´ailleurs, à ce propos, j´ai remarqué une simititude étonnante entre sa façon de danser et celle de Lovefoxxx, la chanteuse de CSS ! La petite Brésilienne se serait-elle inspirée de la petite Finlandaise....). En plus de cela, il y a eu des effets de lumières et de lasers très réussis qui ont ajouté un petit plus non négligeable.

Même si le temps aura été exécrable, la journée aura donc été exceptionelle en matière de musique. Cependant, la nuit était loin d´être finie... Après un petit tour vers le fameux Brothers Bar et ses Pear Cider à plus de 7%, on est allé faire un tour au célèbre Stone Circle, petite coline aux limites du festival, repère des gens cools et des feux de camps. Pour décrire en quelques mots, disons que c´etait très sexe, drogue et rock´n´roll à part qu´il manquait le sexe et le rock´n´roll ;)

4 commentaires:

Rom a dit…

Ouep excellente surprise Rufus, pourtant a priori c'est loin d'etre ma came mais j'ai adoré. Arcade fire, sublime comme d'hab (wake up etait grandiose: http://www.youtube.com/watch?v=6hB9Qp15VMs).
[Mode Ptit merdeux ON]
Bjork ca m'a gavé, dire qu'on a raté Hot Chip et Fatboy slim pour aller ecouter ses gemissements pfffffffff
[Mode Ptit merdeux OFF]
Sinon le moment culte:
Johnny Marr: "Fuck the rain!!"
Public (moi): "Pffff pov' connard va"

maaa a dit…

merci!

MisterBlog a dit…

Chouette review.
By the way Bjork est Islandaise.

Vince a dit…

Oops comment j´ai bien pu écrire une connerie pareille !! On va dire que c´etait tard et que j´ai ecris trop vite... Je corrigerai ca...